d
 
AccueilSiteS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Véritable Histoire des jeux Video

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vincent
Super Admin
Super Admin
avatar

Nombre de messages : 339
Age : 22
Localisation : En France / Houilles 78
Date d'inscription : 12/11/2008
Ses Consoles de jeu :
  • Nintendo Wii
  • Nintendo Ds
  • Nintendo GameCube
  • Nintendo GameBoy / Advance

MessageSujet: La Véritable Histoire des jeux Video   Ven 12 Juin - 18:33

En feuilletant le un magazine ( pas sur les jeux vidéo ... ) j'ai découvert quelques histoires des Jeux Vidéo ...

Les maîtres du jeu

En quarante ans l'addiction à " Tetris " ou aux " Sims " est devenue planétaire.
A l'origine de cette poule aux jeux d'or une poignée d'inconnus géniaux . Qui sont -ils ?

Pour vivre heureux , vivons cachés... La première industrie de divertissement au monde est aussi la moins médiatique . Les jeux vidéo préfèrent l'ombre à la lumière , quitte à laisser la vedette à des secteurs moins florissant , le cinéma ou la musique . Comme si dans cette activité qui fêtera bientôt ses quarante années d'existence ( Pong , le premier jeux vidéo officiel , a été commercialisé en 1972 ) il ne se passait pas grand-chose . Comme si les courbes de vente et les bénéfices enviables de ces sociétés cotées en Bourse ne cachaient rien d'autre que les méandres ordinaires de la finance internationale . Spécialiste français des écrans et du vidéo ludisme , Daniel Ichbiah nous fait découvrir une réalité quelque peu différente . Bluff , arnaques , éclairs de génie , traitrises , coups de théâtre : La Saga des jeux vidéo lève le voile sur une histoire mouvementée et passionnante qui tient autant de la pantalonnade que de drame shakespaerien .
Chronique de cette ruée vert l'or virtuel , riche en saynèteset en anecdotes , cette " saga " fait déjà figure de référence . On y découvre ainsi , entre autre chose , que l'industrie du jeu vidéo aujourd'hui si florissante s'était complètement offdrées au millieu des années 80 , que Steve Jobs , le fondateur d'Apple , a débuté comme petit programmeur chez Atari et , surtout , que la plupart des grands jeux ont été conçus par des rêveurs solitaires . Des pionniers , bricoleurs de génie qui un jour se sont saisis d'un nouvel outil , l'ordinnateur , l'ont débossé , art neuf . A la manière d'un Jimi Hendix torturant sa électrique Stars dans leur milieu , Shigeru Myamoto , Will Wright , les frères Miller , Toby , ou le Français Michel Ancel sont pourtant parfaitement inconnus du grand public, car à aucun moment ils n'apparaissent ni se signent leurs jeux . Étrange volonté des éditeurs que ne cherchent pas à mettre leurs maestros en lumière au motif qu'il s'agit d'un travail d'équipe - imaginez que Spielberg ne figure pas au générique des Aventuriers de l'ache perdue ! Pour Daniel Ichbiah , qui a tous rencontrés , ces " bâtisseurs de rêve " , ces " de Vinci , Griggith et Muchel-Ange d'aujourd'hui " appartiennent déjà à un temps révolu . L'industrie vidéludique est rentrée dans l'"ère du savoir-faire " préférant réaliser des suites au bien racheter à prix d'or des licence de blockbusters hollywoodiens plutôt que de développer des univers originaux . Quoi de plus confortable que de concevoir un énième jeu Harry Potter en sachant qu'il surfera sur le succès du film ? Pas très joueurs , les géants du secteur raisonnent en millions de dollars et ne misent qu'à coup sûr . Une version qui condamne le jeu vidéo à être en permanence à la remorque , en matière d'imaginaire ; et des consoles comme la Wii et la DS à investir d'autre terrains : surveiller son poids , faire des sudoku dans le métro ou de l'aérobic devant sa télé . Sympathique , mais pas forcément exaltant . Retournons plutôt avec Daniel Ichbiah vers les pétris des obsessions de leurs créateurs , cinq jeux qui ont changé le monde .


Alexei Pajitnov


Tétris ( 1985 )


" Une minute pour apprendre à jouer , une vie entière pour le maîtriser "

Dans la Russie communiste dans les années 80 , Alexei Pajitnov s'ennuie ferme . Chercheur à l'Académie des sciences de Moscou , ce trentenaire travaille sur la reconnaissance automatique de la parole . Mais son dada c'est les casse têtes . Lorsqu'il peut avoir accès à l'Electronia 60 , le primitif ordinateur qu'il partage avec ses collègues , ce barbu jovial programme énigmes , problème et puzzles . Loin d'être de simples distractions aux jeux de scientifique , les jeux ont " une chance unique de comprendre sa propre façon de penser " . Un jour , c'est l'illumination ! Il imagine des dominos collés entre eux , des " tétraminos " , qui tombent du ciel de façon aléatoire et de plus en plus vite . Le joueur doit les assembler au fur et à mesure pour créer des lignes sans fracture . faute de quoi ces pièces finissent par former un mur infranchissable . C'est la contagion . Ses collègues se pressent pour jouer , beaucoup désertent leurs postes , au points que Pajitnov se fait tancer par sa hiérarchie , qui ne comprend pas qu'un chercheurs puisse perde ainsi son temps . Elle change d'avis lorsque Tetris , officieusement passé à l'Ouest , fait pleuvoir des millions de dollars . Tout le monde veut sa part du gâteau . Le jeu se retrouve au centre d'un imbroglio juridique . L'académie finit par rafler une grosse partie des gains mais Pajitnov , lui ne touche pas une rouble .
En revanche , ce Soviétique habitué à faire des demandes en trois exemplaires pour passer un fax ( sic ) découvre les fastes du " capitaliste décadent " à l'occasion d'un invitation à Las Vegas et ... il adore : Installé aux États- Unis , le mathématicien s'est mis aux chemises à fleurs et travaille aujourd'hui pour un éditeur de jeux américain . Il a récupéré les droits de Tetris en 1996 , mais le jeu a tellement été imité que l'original ne rapporte pas lourd . Aujourd'hui écrire une version de Tetris est presque devenu un examen pour ceux qui aspirent à devenir programmeurs ... Pas aigri pour deux sous , Pajitnov l'utopiste ne blâme personne et préfère considérer son jeu comme " un ambassadeur électronique de bonne volonté envers le monde occidental "

Shigeru Miyamoto

Super Mario Bros ( 1985 )

" L'antihéros le plus populaire de tous les temps "
Le père du Super Plombier ?
Shigeru Miyamoto , un Japonais fan des beatles
.


Comment l'idée de Super Mario est-elle venue à Shigeru Miyamoto ? Il fallait un esprit sacrément tordu et pétri d'autodérison pour faire de ce petit bonhomme le héros de la plus grande saga que le jeu vidéo ait connue . Bedaine , bleu de chauffe , grosse casquette et moustache stalinienne lorsqu'il apparait pour la première fois dans le jeu Donkey Kong , en 1981 , Mario n'a pas vraiment le profil de Superman . Et pas encore de nom . Il recevra sont patronyme quatre ans plus tard , en hommage au propriétaire italo- américain de l'entrepôt de Seattle ou Nintendo USA a installé ses bureaux . Aujourd'hui , sa bouilles est presque aussi commue que celles de Mickey ou de Bugs Bunny . Vendu à plus de quarante millions d'exemplaires , Super Mario Bros demeure le jeu le plus acheté . Qu'il explose d'obscures galeries , saute par-dessus des tonneaux on joue au tennis les aventures du petit plombier sont aussi haletantes inattendues . Et , surtout , intensément ludiques . Cette fraicheur , ce pur plaisir du jeu sont la marque de Shigeru Miyamoto . Embauché en 1977 par le président de Nintendo , qui ne sait pas trop ce qu'il va faire de cet étudiant attardé qui passe son temps à jouer de la guitare et à dessiner des mangas , Miyamoto est depuis vingt-cinq ans au cœur du succès planétaire de la firme de Kyoto . de Super Mario à Nintendogs , de Zelda aux Pokémon , en passant par la Wii , le designer au visage poupin est un héros discret , content d'être salarié d'une société qui " vous félicite à chaque fois que vous sortez des entiers battus " . Quitte à bousculer les usage . S'il n'est pas convaincu par un projet , Miyamoto peut changer toute l'équipe , voire y mettre un terme ! Son extraordinaire créativité n'a pas échappé à toute le monde : lors de leur venue dans l'archipel , George Lucas , Steven Spielberg et Paul McCartney ont insisté pour le rencontrer . Une consécrations pour ce fan des Beatles et de La Guerre des étoiles .

A Suivre , Rand et Robyn Miller & Will Wright bounce

_________________
Signé : Vincent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La Véritable Histoire des jeux Video
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Total-gamer :: Le Paradis du Gamer :: Consoles/Jeux vidéo :: Général-
Sauter vers: